Le minéral en Bretagne : le ménage de saint Kodelig / Stal-tiegez sant Kodelig

Stal-tiegez sant Kodelig / Déclinaison : saint Kodélic

 

Ensemble de pierres dont une stèle gauloise, un menhir du néolithique et une pierre plate brute auquel est attachée une légende locale. Site mégalithique auquel est attachée une légende locale. Celle-ci rapporte qu’un saint homme nommé Kodelig vivait sur une butte boisée dont l'accès se faisait par un chemin creux.

Site mégalithique auquel est attachée une légende locale. Celle-ci rapporte qu’un saint homme nommé Kodelig vivait sur une butte boisée dont l'accès se faisait par un chemin creux. Il en est pour preuve l'héritage laissé sur son domaine, son ménage composé d’un lit de pierre : une roche brute dont le creux rappelle la forme d’un corps, son armoire qui renferme un trésor : un mégalithe dressé, et sa motte de beurre : une stèle gauloise. La version de Pierre Jakez Hélias dans Le Cheval d'Orgueil y ajoute la forme d’un chien couché aux côtés du saint et celle d’un fusil sur ce même lit de pierre.

"Le ménage de Saint Kodelig"
"(…) Un talus à franchir et l’Armoire de Pierre se dresse devant nous au milieu des pins. Elle est vraiment taillée comme une armoire, mais c’est en vain que nous en faisons le tour pour en chercher les portes. Du moins pouvons-nous monter dessus en nous faisant la courte échelle à partir d’un amoncellement de cailloux que nos prédécesseurs ont appuyé contre son flanc. Nous ne manquons pas de le faire, cela fait partie de l’expédition, on ne saurait s’en dispenser. De là-haut, nous avons une vue plongeante sur un rocher massif, profondément creusé à la semblance d’un homme couché sur le côté et ramassé sur lui-même. Une même excavation du même rocher est destinée au chien, compagnon ordinaire du saint homme, et une longue entaille marque la place du fusil ( ?). C’est le lit de Saint Kodelig. Nous descendons de l’armoire et montons à tour de rôle sur le lit pour nous coucher dans l’empreinte du corps. Personne ne sait plus de quoi guérit Saint Kodelig, mais il guérit sûrement de quelque chose. (…)"
(HÉLIAS Pierre Jakez, 1975. Le cheval d’orgueil, Plon (Terres Humaines), Paris : 229)

Description des lieux et des installations :

À la limite des communes de Plovan et de Pouldreuzic en pays Bigouden, le circuit de randonnée n°24 a été baptisé "sentier de saint Kodelig", nom donné à la colline du fait de la présence d’un ensemble de pierres à empreintes merveilleuses sur son parcours.
Le sentier passe à une cinquantaine de mètres du site du "ménage de saint Kodelig". La signalétique indique son existence mais ne nous guide pas jusqu'à lui ; il faut pénétrer dans le sous-bois et chercher quelques instants avant d'apercevoir le "ménage". Deux pierres imposantes émergent du sous-bois. L’une est une roche brute de 2 mètres sur 3 creusée par l’érosion qui repose horizontalement : "le lit de saint Kodelig". L’autre est un menhir qui doit son nom d’ "armoire" à sa large base et à sa petite taille (environ 2,50 mètres de hauteur sur 2,50 mètres de large et 1 mètre d’épaisseur). À quelques pas de là, dans un champ en friche, une stèle basse gauloise à 11 facettes porte le nom de "motte de beurre" de saint Kodelig (il s’agirait de l'une des rares stèles restée sur son emplacement d’origine et signalant un cimetière gaulois).
Trois signalétiques sont en place pour indiquer le site :

- Un circuit de randonnée pédestre et de VTT dit de saint Kodelig oriente les randonneurs vers le "Site mégalithique de saint Kodelig" depuis la route.

- Un panneau signale la présence du site depuis le point du sentier le plus proche. Il y décrit le ménage du saint "à savoir une armoire (menhir), un plat de beurre (stèle) ainsi que son lit de pierre" en français, anglais et allemand.

Ces deux signalétiques ont été mises en place par la Communauté de Communes du Haut Pays Bigouden avec l'aide du Conseil Général du Finistère en 1991.

- Un circuit d’interprétation intitulé "Sur les pas du Cheval d’orgueil" (inauguré en juillet 2006) guide le promeneur au fil de lieux évoqués dans l’œuvre de l’écrivain Pierre Jakez Hélias. A la onzième station du circuit, l'extrait cité plus haut évoquant le ménage de saint Kodelig apparaît sur une borne en français, en breton et en anglais.

Nature de lieu :

Espace extérieur traversé par un chemin de randonnée. Les parcelles sur lesquelles se situent les pierres sont privées.

Description de la transmission

La transmission de cette légende se fait à l’articulation de l’oral et de l’écrit. Différents modes coexistent.

- Le lieu est propice à la balade dans un cadre familial ou scolaire et c’est notamment lors de ce loisir que la légende se transmet oralement, in situ. Cette pratique donne l’impression aux habitants de connaître ces pierres et leurs légendes depuis très longtemps, elles font partie du paysage non seulement naturel mais aussi culturel. D’après madame le maire, la majorité des habitants de la commune a connaissance de cet ensemble de pierres merveilleuses : "Pratiquement tous les enfants de Pouldreuzic le connaissent".

- Monsieur Kersual, agriculteur-retraité se souvient être passé sur le chemin qui grimpe la colline de Kodelig avec sa mère en 1935. Il raconte avoir amené ses petits enfants se promener , les avoir photographiés autour du "ménage" et leur avoir raconté la légende de l'armoire : le menhir rempli d'or doit s'ouvrir une nuit par an à une date inconnue et rendre ainsi son trésor accessible. Les enfants auraient grimpé sur cette armoire de pierre et pris place dans le lit de saint Kodelig suivant, sans le savoir, les mêmes gestes que décrivait Pierre-Jakes Helias des années auparavant.

- L’œuvre de Pierre Jakez Hélias, célèbre écrivain, poète et collecteur breton natif de Pouldreuzic évoque des épisodes de la vie de la commune dans les années 1910. Le Cheval d’Orgueil participe largement à la transmission de cette tradition orale et sert de prétexte à une nouvelle valorisation du site et de la légende par le biais du circuit d’interprétation.

- La légende du ménage de saint Kodelig a donné son nom à un sentier de randonnée pédestre.
Le site est mis en valeur tant pour sa dimension historique que pour la légende qui l'entoure dont les visiteurs sont curieux : "depuis que le tourisme est venu, on met en valeur pour les attirer" nous confie monsieur Kersual. Cette valorisation dans le cadre du tourisme culturel est un nouvel outil de transmission de la légende qui vient s’ajouter au mode traditionnel oral de transmission et perpétue la légende au delà des territoires de Pouldreuzic et de Plovan.

Lieu de la transmission

La transmission se fait au niveau local, sur les communes de Plovan et de Pouldreuzic essentiellement sur le site même du ménage de saint Kodelig. La transmission peut aussi se faire préalablement à la visite voire indépendamment de celle-ci à travers les supports écrits. La valorisation touristique entraîne une communication sur de nouveaux supports diffusant ainsi la légende au-delà du territoire.

La migration des ecclésiastiques celtes venus d’Irlande et du pays de Galles à partir du Ve siècle évangéliser la péninsule armoricaine est un épisode historique largement relayé par le mythe.
On dénombre aujourd'hui quelques huit cents de ces religieux localement reconnus comme saints et dont les noms parsèment le territoire breton. Ainsi, Locronan correspond à la paroisse fondée par saint Renan, Locquénolé celle de saint Guénolé ou Lanildut au monastère établi par saint Ildut etc.
La vie de ces saints fondateurs baigne, tout au long des siècles, la Bretagne chrétienne. À partir des IXe – Xe siècles essentiellement, les hagiographes consignent par écrit les Vitae, dont le but était de promouvoir le culte des saints bretons. Au XVIIe siècle Albert Le Grand entreprend un important travail de collecte sur ce thème qui servira de base au Buhez ar Zent.
La vie des saints en breton, lue quotidiennement dans les foyers, prête à chaque jour de l’année la vie d’un de ces personnages.

La présence de la pierre dans ces témoignages

La pierre est souvent évoquée dans le mythe des saints fondateurs de la Bretagne chrétienne. Celui-ci relate notamment la traversée de la Manche de ces derniers sur des bateaux de pierre. On retrouve aussi sur l’ensemble de la Bretagne, des lieux marqués de l’empreinte des saints venus s’étendre, s’asseoir, prier ou poser le pied et dont la pierre garde le stigmate. Dans les collectes et articles qui traitent de la Bretagne1 d’importantes références sont faites à ces pierres merveilleuses ; elles jalonnent les parcours de ces moines et prêtres itinérants. La toponymie témoigne encore de l’importance des rapports entretenus à ces pierres : lit de saint Ronan, chaise de saint Yves, bateau de saint Conogan, le pas du cheval de saint Gildas, le pied de saint Éloi…
Ces pierres, investies par la religion chrétienne, ont pu être l’objet de cultes plus anciens, possiblement destinés à promouvoir la fécondité. Si le clergé s’est efforcé d’éliminer ces pratiques jugées superstitieuses, certaines ont été détournées et intégrées par la religion chrétienne en culte des saints. Ainsi à Locronan, "la jument de pierre" est aussi appelée "la chaise de saint Ronan".
Les pierres à empreinte ont pu faire l’objet de cultes et de croyances mêlant conceptions chrétiennes et non chrétiennes: les toucher permettait de recevoir le fluide de sainteté, elles pouvaient avoir des vertus curatives et il était souvent déconseillé de les déplacer sous peine de châtiments ou de voir la pierre revenir à son emplacement d’origine.

1 A. Le Grand au XVIIe siècle, J. Cambry au XVIIIe, P. Sébillot au XIXe et G. Guénin au XXe entre autres.

Le ménage de saint Kodelig est le fruit d’une élaboration collective à rattacher au fait historique avéré de l’arrivée des moines évangélisateurs sur le territoire armoricain aux alentours du Ve siècle.
"Le premier souci de ces moines et de ces ermites en débarquant, c’est la recherche du désert […] de la solitude des bois" écrit Bernard Tanguy, spécialiste de la civilisation celtique et linguiste au CNRS.
La ferveur populaire guidée par le discours clérical attribue à ces personnages une vie d'ascète. Leurs ermitages, dit-on, consistaient en des constructions des plus sommaires et ils pratiquaient la mortification comme méthode de méditation. L’idée du ménage de pierre et du lit prenant la forme du corps de ces hommes pieux est certainement à mettre en relation avec l'existence à la dure qu'ils pouvaient mener.
L'idée d'ermitage pourrait aussi venir du fait que le mont Kodelig était, selon notre informateur, traversé par une voie charretière très fréquentée mais également connu pour ses sous-bois, propices au refuge des habitants menacés durant les périodes de conflit (Révolution et Seconde Guerre mondiale).

L’adhésion collective à la légende, hier motivée par la foi chrétienne, n’est plus d’actualité. Le discours actuel sur le "ménage" montre à la fois un intérêt pour la légende autant qu’un besoin de lui donner une explication historique crédible, un souci de rationalisation de celle-ci.
La diffusion de la légende auprès d'un public touristique, le fait que les habitants des deux communes la connaissent et l'évoquent en famille ou auprès des visiteurs atteste d'un intérêt particulier pour celle-ci. La légende est inscrite dans le territoire et lui donne un sens.
Cependant, monsieur Kersual, érudit local tient à nous préciser que le personnage de Kodelig n'a, selon lui, jamais existé. Il s'agirait d'une invention du recteur de Pouldreuzic qui serait venu se réfugier dans ces bois lors de la Révolution et qui aurait ajouté le mot "saint" devant le nom de Kodelig.
Ce souci de rendre le récit rationnel est aujourd’hui récurrent dans le discours des personnes rencontrées. En réalité, la clé de ces légendes se situe certainement plus dans les représentations et la symbolique que dans une explication pragmatique ; mais ces argumentations donnent une nouvelle dimension à ces pierres qui deviennent l'objet d'une nouvelle légende, une "légende savante".

Actions de valorisation, actions touristiques

Le ménage de saint Kodelig est intégré au circuit d’interprétation "Sur les pas du cheval d’orgueil" et au sentier de randonnée pédestre et de VTT n°24 labellisé par la Fédération Française de Randonnée Pédestre (F.F.R.P.).

Diffusion

- Site Internet du pays touristique Ouest Cornouaille : http://www.ouest-cornouaille.com/bretagne_sud_finistere/entrez-dans-univers-contes-etlegendes/
article/67

- Topo-Guide, Le pays Bigouden, le pays de Douarnenez et le Cap Sizun…à pied, ref.P294, FFRP, Paris, 2003, circuit n°24 : 80-81.

Les mairies de Pouldreuzic et de Plovan ainsi que la Communauté de Communes du Haut Pays Bigouden reconnaissent l’intérêt patrimonial du site par la mise en place des différents circuits.

- CHARDRONNET J., 1977. Le livre d’or des saints en Bretagne, Armor éditeur, Rennes.

- GUENIN G., 1910-1911. Les rochers et les mégalithes de Bretagne. Légendes, traditions, superstitions, Bulletin de la Société Académique de Brest, Tome XXXV, Brest : 191-280.

- HÉLIAS P.J., 1975. Le cheval d’orgueil, Plon (Terres Humaines), Paris.

- LE GRAND A., 1636. Les vies des saints de Bretagne Armorique, Salaün, rééd. 1901, Quimper.

- MERDRIGNAC B., 2008. Les Saints bretons, entre légendes et histoire. Le glaive à deux tranchants, PUR, collection Histoire, Rennes.

- SEBILLOT P., 1904. Le folklore de France. Tome I, "Le ciel et la terre", Maisonneuve et Larose, rééd. 1968, Paris.

- TANGUY B.. "La vie des saints bretons. De la légende à l’histoire", in Ar Men, n°5, 1986 : 19-29.

Personne(s) rencontrée(s)

- Marie-Thérése Gourlaouen : Maire de Pouldreuzic à l’initiative du circuit d’interprétation balisé "Sur les pas du Cheval d’orgueil" mis en place en 2006 avec L’AOCD (Agence Ouest Cornouaille Développement) qui fait étape au ménage de saint Kodelig

- Marcel Kersual : ancien président et membre actif de l'association du Patrimoine de Pouldreuzic

Localisation (région, département, municipalité)

Commune de Plovan, département du Finistère, région Bretagne

Coordonnées des personnes rencontrées

Adresse : Mairie et association du Patrimoine de Pouldreuzic - 6, rue de la Mairie
Ville : Pouldreuzic
Code postal : 29 710.

Téléphone (Mairie) : 02 98 54 40 32
Adresse de courriel : mairie.pouldreuzic@wanadoo.fr
Site Web 

Coordonnées du lieu d'exercice de la pratique

Adresse : Site du Ménage de saint Kodelig sur le chemin de randonnée n° 24
Ville : Plovan
Code postal : 29 72

Dates et lieu(x) de l’enquête : 8 avril 2009 et 9 juillet 2009 à Pouldreuzic
Date de la fiche d’inventaire : juillet-août 2009
Nom de l'enquêteur ou des enquêteurs : Léna Le Roux & Marion Rochard Engélibert
Nom du rédacteur de la fiche : Léna Le Roux & Marion Rochard Engélibert
Supports audio (durée de l’enregistrement, nom s’il y en a un) : 00’01’36
Photographies (nombre de photographies) : 3

 

Généré depuis Wikidata