Les bals traditionnels en Aquitaine

Bals, danses dites traditionnelles.

En dehors du spectacle vivant, l’expression instrumentale comme chorégraphique des danses regardées comme gasconnes, périgourdines, béarnaises ou, plus largement, occitanes, trouvent à s'exprimer avant tout par le bal.

En dehors du spectacle vivant, l’expression instrumentale comme chorégraphique des danses regardées comme gasconnes, périgourdines, béarnaises ou, plus largement, occitanes, trouvent à s'exprimer avant tout par le bal, qu'il apparaisse comme l'une des composantes d'un événement festif calendaire ou votif ; ou organisé à d'autres occasions. On le nomme alors "bal occitan", "bal gascon", "bal trad", plus rarement "bal folk".
Le croisement des enquêtes réalisées auprès de danseurs, de groupes de musique, d'agendas en ligne, montre une vitalité très importante du bal : soit, en l'état actuel de l'analyse des données, environ 200 bals par an organisés en Aquitaine.
La répartition géographique affiche une forte vitalité en Pyrénées-Atlantiques, Landes, Gironde et Dordogne : de 40 à 50 bals chacun par an entre 2006 et 2008. Le Lot-et-Garonne étant moins dynamique avec une moyenne de quinze bals (23 en 2007).
Les enquêtes s'attachent à divers paramètres quantitatifs et qualitatifs : fréquentation, identité de l'organisateur, données diachroniques, niveau des danseurs.
En l'état actuel, nous pouvons avancer une fréquentation moyenne par bal d'environ 100 personnes, bals en milieu rural pour lesquels les danseurs se déplacent dans un rayon de 50 à 60 kms (sauf en milieu estudiantin à Bordeaux où un bal mensuel est organisé et d’autres plus ponctuels). Les organisateurs peuvent être très différents : étudiants à Bordeaux, associations aux buts les plus divers (ce qui montre dans certains cas le poids économique – relatif – du bal et son ancrage social, dans les Landes notamment).
La compétence au regard de chaque danse est très variable : oscillant entre une nouvelle pratique sociale, récréative, sans toujours beaucoup de souci du style chorégraphique, jusqu’à une excellente maîtrise stylistique. À partir des années 70, ces nouvelles pratiques du bal ont vu le glissement d’une pratique strictement communautaire à celle de "communautés symboliques" mais aussi de communautés géographiques "de pays" dessinés par le rayon d’action des danseurs ; les
différents cercles pouvant aussi se croiser.

L’organisation de bals dédiés aux danses dites traditionnelles a connu un fort développement depuis les années 1975-1980. Cette époque voit en effet la redécouverte et l'engouement pour les instruments joués par les anciens ménétriers locaux et pour les danses regardées comme
traditionnelles.
De l’avis des musiciens rencontrés dans les Landes, le nombre des sollicitations culmine en 1989. Un fléchissement a pu se produire dans les années 1990 pour repartir jusqu'à aujourd'hui.

- Plaquette

- Guide

- Festival

- Site internet

- Nombreux agendas en ligne
- Actions d’information associatives ou institutionnelles

- Base de données de l’Office Régional de Tourisme

- GUILCHER Yvon, 1998. La danse traditionnelle en France. D'une ancienne civilisation paysanne à un loisir revivaliste, édition FAMDT, Librairie de la danse, Paris.

- GUILCHER Jean-Michel, 2009. Danse traditionnelle et anciens milieux ruraux français, L’Harmattan, Paris.

- http://www.sondaqui.com/

Personne(s) rencontrée(s) :

Musiciens, danseurs

Localisation (région, département, municipalité) :

Aquitaine

Indexation : 123484

Dates et lieu(x) de l’enquête : Perquie (40), 30 janvier 2008 ; Villeneuve d’Agen (87), 13 février 2008 ; Bordeaux (33), 2 avril 2008 ; Langoiran (33), 8 avril 2008 ; Carbon-Blanc (33), 9 avril 2008 ; Saint-Pierre du Mont (40), 16 avril 2008 ; Argenton (47), 16 avril 2008 ; Saint-Pé de Leren (64), 18 avril 2008 ; Hontanx (40), 17 janvier 2009 ; Pau (64), 7 juin 2009 ; Périgueux (24) 8 janvier 2009
Date de la fiche d’inventaire : 30 janvier 2009
Nom de l'enquêteur ou des enquêteurs : Marie Hirigoyen, Sébastien Fouillat, Jean-Jacques Castéret
Nom du rédacteur de la fiche : Jean-Jacques Castéret – Mission Institut Occitan 2008 – 2010.

N° d'inventaire Ministère Culture : 2010_67717_INV_PCI_FRANCE_00113
Identifiant ARK : ark:/67717/nvhdhrrvswvk2zh

Généré depuis Wikidata