À la Une du Patrimoine culturel immatériel

Le musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d'Alençon, et la Maison des Dentelles d'Argentan proposent du 10 avril 2018 jusqu'au 4 novembre 2018, une nouvelle exposition valorisant notamment la dentelle au point d'Alençon, inscrite en 2010 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

Du lundi 12 au vendredi 16 février 2018, l'InOc Aquitaine, le laboratoire ITEM de l'UPPA et la Direction générale des patrimoines du ministère de la Culture, en partenariat avec la CCI Pau-Béarn, proposent des journées de formation au Patrimoine culturel immatériel.

L'Ethnopôle de Salagon à Mane (Musée départemental des Alpes-de-Haute-Provence) organise, en partenariat avec l’IDEMEC (UMR 7307 CNRS et Aix-Marseille-Université) et le département du Pilotage de la recherche et de la Politique scientifique (direction générale des Patrimoines, ministère de la Culture), un stage de formation au patrimoine culturel immatériel du 2 au 6 juillet 2018, avec une inflexion particulière sur les relations entre PCI et savoirs naturalistes.

Au titre de la mise en œuvre de la convention de l'Unesco pour la sauvegarde du PCI, le ministère de la Culture (direction générale des Patrimoines, département du Pilotage de la recherche et de la Politique scientifique) lance chaque année un appel à projets pour les inventaires du patrimoine culturel immatériel. La date-limite d'envoi des dossiers est fixée au jeudi 1er mars 2018, cachet de la poste faisant foi.

Partez à la découverte des divers Carnavals inscrits à l'Inventaire du Patrimoine culturel immatériel en France.

Conçue par La Fabrique de patrimoines en Normandie, ethnopôle du ministère de la Culture, avec la collaboration de la Direction régionale des affaires culturelles de Normandie, de l'Office du PCI et de l'association France-PCI, la manifestation a reçu le label "Année européenne du patrimoine 2018".

Le Centre Français du Patrimoine Culturel Immatériel (CFPCI), l'Université de Rennes II et la Direction générale des patrimoines du ministère de la Culture proposent des journées de formation au Patrimoine culturel immatériel les 20 et 21 février 2018 (niveau Master 1) et les du 21 au 23 mars 2018 (niveau Master 2).

Ces journées d’études, qui se déroulement à Marseille les 17 et 18 janvier 2018, sont les premières d’un cycle qui a pour ambition de s’interroger sur le statut du terme « communauté » en anthropologie du patrimoine, afin d’en cerner les usages, entre expression politique, catégorie administrative et concept scientifique, de souligner la nécessité pour les anthropologues d’une analyse réflexive de ce terme et de comprendre les raisons pour lesquelles il s’est imposé avec autant d’évidence dans la culture patrimoniale mondiale des dix dernières années.

Ce dernier numéro d’In Situ s’inscrit dans le contexte de l’élargissement légal de la notion de patrimoine qui intègre depuis la loi LCAP « Liberté de création, architecture et patrimoine » de 2016, le patrimoine culturel immatériel (PCI). Ceci intervient tout juste 10 ans après la ratification de la convention de l’Unesco pour la Sauvegarde du patrimoine immatériel par la France en 2006.

En 2016, à l’initiative des universités de Montpellier – Paul Valéry et de Toulouse – Jean Jaurès, s’est mise en place une formation de master intitulée « Expertise ethnologique en patrimoine immatériel ». Elle constituait alors une réponse aux besoins, exprimés par les acteurs (associations, collectivités territoriales, Etats), en compétences ethnologiques pour identifier, expertiser et valoriser des façons de dire et de faire en lesquelles une communauté ou un groupe éprouve un sentiment fort d’identité, et notamment d’identité dans le temps. Ce que l’on regroupe souvent de façon commode, et pas toujours satisfaisante, sous le terme de « traditions ».

Généré depuis Wikidata