La fête de Saint-Michel à La Ciotat

Fête de Saint-Michel (dernier dimanche de septembre) organisée depuis 1968 à La Ciotat par l’association "Confrérie Saint-Michel de Mers el Kébir".

La fête est une occasion de rencontre et de production mémorielle pour les personnes arrivées en France de Mers el Kébir (Algérie) au début des années 1960, suite à l’indépendance de l’Algérie (1962).

La fête de Saint-Michel à La Ciotat se déroule tous les ans le dernier dimanche de septembre. Elle rassemble des personnes de Mers el Kébir (Algérie) arrivées en France à partir de juillet 1962, suite à l’indépendance de l’Algérie. Une messe est célébrée dans l’église de Notre-Dame par des prêtres originaires de Mers el Kébir et de la paroisse locale.
Après la messe, sur le parvis de l’église devant le port de La Ciotat, la mer est bénie et la statue de saint Michel est portée en procession jusqu’à la chapelle de l’œuvre de la Ciotat par les petits-enfants des anciens porteurs de Mers el Kébir (les "Fratelli") dirigés par un prieur.

Au cours de la procession des cantiques sont chantés en l'honneur de saint Michel.

Refrain : À toi notre reconnaissance
Et notre amour grand Saint Michel
Reste toujours notre espérance
Protège nous du haut du Ciel

1 - De Procida notre île aimée / Noble et glorieux protecteur /T u l’as en tout temps consolée / Dans la tristesse et le malheur.

2 - Qui dira les faveurs divines / Qu’obtinrent par toi nos aïeux / Contre les hordes sarrasines / Tu les rendis victorieux.

3 - Aussi dans l’antique abbaye  / De San Michel Arcangelo / Ta mémoire est-elle bénie  / De tout santo catolico.

4 - Dans ton vénéré sanctuaire/ La Corricella chaque jour / Vient t’offrir son humble prière / La Chaiolella son amour.

5 - Les souvenirs de notre enfance  / Font jaillir des pleurs de nos yeux. / Ils sont pour nous pleins d’espérance  / Et nous charment sous d’autres cieux.

6 - Ô, La Ciotat, ville bien aimée / Nous te disons merci de tout coeur / Que notre archange chaque année / Soit célébré dans la ferveur.

7 - Veille toujours sur tes fidèles / De Procida et de Kébir  / Qu'heureux à l'ombre de tes ailes  / Nous puissions tous vivre et mourir.

8 - Restons toujours unis, fidèles / Aux vrais enseignements de Dieu / Saint Michel, soit notre modèle / Montre-nous le chemin des cieux.

Ici, la statue de saint Michel est installée sur un podium au milieu de la cour du patronage où se trouve la chapelle. Des tables sont installées dans cette cour où les pèlerins partagent un repas "tiré du sac", souvent composé des spécialités culinaires d’Oranie. Provenant de toute la France, ils profitent de cette occasion de rencontre et passent l’après-midi à discuter de la vie à Mers el Kebir, du départ en 1962/1963, etc.

La statue de saint Michel Archange est la copie en bois doré et argenté de celle de l’Abbaye de Saint-Michel Archange de l’île de Procida, réalisée en 1727, en bronze doré, ensuite enrichie avec des ex-voto précieux. De dimensions légèrement inférieures à celles de la statue de Procida, la statue conservée à La Ciotat mesure 1,40m. Posée sur une base en bois sculpté et doré elle représente saint Michel, l’épée dans la main droite, qui combat le dragon. Elle fut construite à Naples, commandée par des pêcheurs de Procida, installés à Mers el Kebir et envoyée en Algérie, via Marseille, au début des années 1880. La statue a été transportée en France le 5 décembre 1967.

La fête de Saint-Michel est organisée à La Ciotat depuis 1968. Auparavant, le culte de Saint Michel s’était développé à Mers el Kebir, des années 1860 à la fin des années 1960 (dernière procession en 1967). Parallèlement, la fête se déroule à l’ile de Procida, lieu d’origine des pêcheurs italiens installés à Mers el Kébir, aïeux des acteurs contemporains de la fête, où elle rappelle le miracle qui aurait sauvé l’ile des pirates sarrasins en 1535. La fête a été transmise au sein de la communauté depuis le départ de Procida. Le lien avec Procida est renoué par les acteurs contemporains de la fête. Depuis 1983, tous les deux ans, l’association "Saint-Michel de Mers el Kébir" organise un voyage à Procida à l’occasion de la fête de Saint-Michel (8 mai). Accueillis par le prieur de l’Abbaye de Saint-Michel ainsi que le maire, les membres de l’association participent à la fête de Saint-Michel à Procida, défilent dans la procession avec la confrérie des Turchini de Procida, et chantent des chants en français dédiés à l’Archange. L’association Grande Famiglia di Procida e di Ischia fait des recherches généalogiques, des conférences sur l’émigration et organise un voyage toutes les deux ans à Procida et Ischia pour permettre aux membres de l’association de visiter leurs lieux d’origine et de retrouver des membres de leur famille.
La transmission de la pratique se fait par immersion au sein du groupe ou de la famille ainsi qu’à travers des groupes de discussion sur Internet (http://www.merselkebir.org/groupe_internet.htm (désactivé) ou Procida family ).

Depuis le début du XIXe siècle, des migrations saisonnières partent du golfe de Naples vers les côtes de Tunisie et d'Algérie. La majeure partie des pêcheurs originaires de l’ile de Procida, attirés par l'abondance des bancs corallifères, se sont ensuite installés de façon permanente dans de nombreux villages d’Algérie, dont Mers el Kébir, petit port sur la Méditerranée, à l'intérieur d'une baie, situé à 8 km de la ville d'Oran sur la côte occidentale algérienne (entre la fin des années 1850 et le début des années 1860).
À partir des années 1888-1889 la pêche dans les eaux du littoral algérien sera interdite aux embarcations comportant des équipages étrangers. Les pêcheurs d'origine italienne (ou espagnole) demandèrent alors la naturalisation française. Dès leur installation en Algérie, les Procidiens de Mers el Kébir ont perpétué leurs coutumes et notamment le culte de saint Michel.

Avec l'enracinement de la communauté procidienee à Mers el Kebir, entre les années 1870 et les années 1880 le culte de saint Michel Archange, saint patron de Procida, fut instauré et organisé.
Une confrérie de Saint-Michel fut crée en 1878 et dotée d’un statut copié de celui de Procida, rédigé en italien et signé par l’évêque d’Oran. La confrérie était non seulement une association religieuse mais aussi et surtout une organisation de secours mutuel : ses membres se cotisaient à la fois pour entretenir la chapelle et organiser la procession annuelle et pour payer les funérailles de leurs défunts, les soins aux malades et plus généralement pour le soutien aux membres en difficulté. Comme celui de la confrérie des "Turchini" à Procida, le costume des confrères à Mers el Kébir (et ensuite à La Ciotat) est blanc (aube) et bleu (ceinture et camail).
Une statue identique à celle de Procida (voir plus haut) fut commanditée à des artisans napolitains et arriva à Mers el Kebir au début des années 1880. La fête de Saint-Michel à Mers el Kebir fut initialement organisée le 8 mai (fête populaire), date qui, à Procida, commémore l’apparition du saint et la défaite des pirates. La date fut ensuite décalée au 29 septembre (date établie par l’Église). La fête organisée à La Ciotat depuis 1968 maintient la nouvelle date du 29 septembre, même si, pour des raisons pratiques, elle se déroule le dernier dimanche de septembre. Plusieurs statues de saint Michel furent commandées par les pêcheurs italiens installés en Algérie pour célébrer leur culture. La statue de saint Michel de Notre-Dame d’Alger se trouve aujourd’hui près de Grasse, celle de Stora à La Seyne-sur-Mer.

Un site Internet héberge un groupe de discussion composé de plus de 90 personnes. Depuis 2004, des photos des fêtes de Saint-Michel sont mises en ligne. Un bulletin d'information publié deux fois par an et édité à 1000 exemplaires donne les nouvelles de la famille kébirienne.
L’association "La Grande Famille de Procida & Ischia" dispose d’un site Internet avec une section consacrée à la fête de Saint-Michel.

L’Office du tourisme annonce la fête sur son journal.

- SCUDIERI Liuba, 2008. En quête de lieux. Pèlerinage aux sources, retour aux sources et rassemblement autour d’un saint entre Italie, Algérie et France (1967-2007), mémoire de mastère en sciences sociales "Recherches Comparatives en anthropologie, histoire et sociologie", EHESS (Marseille), sous la direction de Jacques Cheyronnaud.

Personne(s) rencontrée(s)

- Henri Mongrenier, président de l’association "Confrérie Saint-Michel de Mers el Kébir"

- Lucien Pugliese, vice-président de l’association "Confrérie Saint-Michel de Mers el Kébir"

- Henri Scotto di Vettimo, membre du conseil d’administration de l’association "La Grande Famille de Procida & Ischia"

- Pascal Scotto di Vettimo, président de l’association "La Grande Famille de Procida & Ischia"

Localisation (région, département, municipalité)

Région de Provence-Alpes-Côte-d'Azur, département des Bouches-du-Rhône, commune de La Ciotat.

Adresse : 19 bd Michelet
Ville : La Ciotat
Code postal : 13600

Indexation : Culte rendu à un saint ou à une sainte (1866)

Dates et lieu(x) de l’enquête : La Ciotat 14 novembre 2009, Alfortville 11 mars 2010
Date de la fiche d’inventaire : 14 mars 2010
Nom de l'enquêteur ou des enquêteurs : Chiara Bortolotto
Nom du rédacteur de la fiche : Chiara Bortolotto

N° d'inventaire Ministère Culture : 2010_67717_INV_PCI_FRANCE_00085
Identifiant ARK : ark:/67717/nvhdhrrvswvk214

Généré depuis Wikidata