L’accordéon chromatique

Accordéons, de production italienne, achetés en Italie par les musiciens de Tende ou utilisés par les musiciens piémontais invités à jouer les courente e balèt dans les fêtes locales.

L’accordéon est l’instrument constitutif du "duo type" (accordéon/clarinette) pour les courente e balèt.

L’accordéon est l’instrument constitutif du "duo type" (accordéon/clarinette) pour les courente e balèt. L’accordéon est un instrument portatif à soufflet, à touches en forme de boutons. Les touches du clavier à l’extrémité de la caisse droite sont conformes à celles du piano.


"L’accordéon chromatique est peu utilisé dans les musiques traditionnelles, davantage sollicité par les musiques urbaines, voire la variété (c’est le cas de la France). Toutefois, en Italie, l’accordéon chromatique nommé fisarmonica est assez courant dans les traditions rurales, mais davantage pratiqué dans le nord du pays où il a remplacé le diatonique."1

1 POCHÉ Christian, 2005. Dictionnaire des musiques et des danses traditionnelles de la Méditerranée, Fayard, Paris.

Mode d'apprentissage :
Éducation formelle (école) et non formelle (dans les bals)


Milieu d'apprentissage :
Famille, école, fêtes et bals.

Lieu de transmission :
L’école départementale de musique organise des cours d’accordéon mais pas de musique traditionnelle. La transmission se fait par la pratique et l’observation des joueurs plus expérimentés. Si entre 1970 et 1990 les jeunes avaient perdu l’intérêt pour les musiques traditionnelles, on assiste aujourd’hui à un renouveau d’intérêt. À Tende, les jeunes qui jouent de l’accordéon sont souvent issus des familles de bergers qui apprennent à jouer pour accompagner les chants des parents ou des grands-parents.

L’accordéon est d'invention relativement récente puisque son brevet, déposé à Vienne, date du 6 mai 1829. Dès son apparition au début du XIXe siècle, l’accordéon obtient un succès populaire énorme. En France, l’accordéon devient rapidement un élément central du bal musette.
La musette est un style musical qui évolue dans la rencontre des immigrés auvergnats et italiens, venus s’installer dans les mêmes arrondissements de Paris (11e , 12e, 19e et 20e) et en banlieue parisienne, notamment à Nogent-sur-Marne et qui s’approprient l’invention de l’accordéon2. Vers la fin du XIXe siècle les immigrés italiens commencent à jouer de l’accordéon dans les bals auvergnats3. Cette alliance est incarnée par le duo italo-auvergnat de Charles Peguri, qui fabrique des accordéons et Cantal Bouscatel, joueur de musette ou encore par Jo Privat d’origine auvergnate du côté de son père et piémontais du côté de sa mère.

« L’accordéon diatonique devient de plus en plus prisé dans les bals, car il réunit toutes les qualités requises pour un instrument de plein air (portatif, peu fragile, d’une
sonorité puissante). En 1897, l’Italien Paolo Soprani propose un nouveau modèle d’accordéon à trois rangées qui supprime la technique du tirer-pousser.
L’apparition de cet accordéon chromatique, qu’on distingue dès lors du diatonique, permet le changement de tonalités et introduit le mode mineur, inaugurant un style musical associé à un nouveau genre de chansons dont Édith Piaf sera plus tard le symbole »4.


Les accordéons sont importés en France d’Allemagne et d’Italie où la production de ces instruments se concentre, à partir de 1863, autour de Castelfidardo, près d’Ancone. Deux autres pôles majeurs de la production des accordéons sont : Stradella (Lombardie) et Vercelli (Piémont). La production d’accordéons est toutefois florissante dans plusieurs villes italiennes qui exportent ces produits en France: Macerata, Bolzano, San Giovanni in Croce, Recanati, Camerano5.

2 BLANC-CHALEARD Marie-Claude ; MILZA Pierre, 1995. Le Nogent des Italiens, Autrement, Paris, page 21 et ARGYRIADIS Kali et LE MENESTREL Sara, 2003. Vivre la guinguette, Puf, Paris.

3 BLANC-CHALEARD Marie-Claude, 2000. Les Italiens dans l’Est parisien. Une histoire d’intégration (1880-1960), École française de Rome, Rome : 78.

4 ARGYRIADIS Kali et LE MENESTREL Sara, 2003 :42

5 MONICHON Pierre, 1971. L'Accordéon, Puf, Paris.

Dans les courente e balèt, l’accordéon est le véritable moteur de la danse et joue un rôle essentiellement harmonico-rythmique. À la clarinette, véritable instrument soliste du duo, est par contre réservé le rôle mélodique6.
Plusieurs des accordéons utilisés dans la vallée de la Roya et dans la région de Nice ont été construits en Val Vermegnana par Giuseppe Vallauri, dit "notu sunadur"(1896-1984). Giuseppe Vallauri était une figure importante pour les joueurs d’accordéon de la région car il s’occupait de les réparer et de les accorder.

6 D’HULSTER Frédéric, 1992. Le Curent’e Bel du Val Vermenagna, mémoire de maîtrise de musicologie. Sous la direction de Michel Derlange, université de Nice – faculté des lettres et sciences humaines.

Actions de valorisation :
Un accordéon italien est exposé à la Cité nationale d’histoire de l’immigration.

- ARGYRIADIS Kali ; LE MENESTREL Sara, 2003. Vivre la guinguette, Puf, Paris.

- BLANC-CHALEARD Marie-Claude 2000. Les Italiens dans l’Est parisien. Une histoire d’intégration (1880-1960), École française de Rome, Rome.

- BLANC-CHALEARD Marie-Claude ; MILZA Pierre, 1995. Le Nogent des Italiens, Autrement, Paris.

- LEVDI Roberto ; GUIZZI Febo (sous la direction de) 1985, Strumenti musicali e tradizioni popolari in Italia, Bulzoni, Roma.

- MONICHON Pierre, 1971. L'Accordéon, Puf, Paris.

- POCHÉ Christian, 2005. Dictionnaire des musiques et des danses traditionnelles de la Méditerranée, Fayard, Paris.

Personne(s) rencontrée(s)

Philippe Baudry
Stefano Bertaina
Sergio Vallauri
Charles Enrici
Paul Lanteri

Localisation (région, département, municipalité)

Provence-Alpes-Côte d'Azur, Alpes-Maritimes, Tende.

Indexation : 641131 (accordéon)

Dates et lieu(x) de l’enquête: 4, 5 et 6 juillet 2009
Date de la fiche d’inventaire: 20 juillet 2009
Nom de l'enquêteur ou des enquêteurs: Chiara Bortolotto et Cyril Isnart
Nom du rédacteur de la fiche : Chiara Bortolotto

Supports vidéo
Accordéon chromatique 52 ''
Photographies
Trois
Commentaires
La fiche a été commentée et complétée par Sergio Vallauri.

N° d'inventaire Ministère Culture : 2009_67717_INV_PCI_FRANCE_00044
Identifiant ARK : ark:/67717/nvhdhrrvswvk2w2

Généré depuis Wikidata